Vous êtes ici

Utiliser un préservatif

Utiliser un préservatif

Le préservatif est un moyen incontournable pour se protéger des IST mais il n’est pas le seul. Le dépistage et les traitements jouent aussi un rôle capital dans la prévention des IST et du VIH.

En effet, savoir que l’on est infecté(e) par une IST permet non seulement d’adapter son comportement pour ne pas transmettre l’infection mais aussi de bénéficier de traitements qui permettront de guérir et donc de ne pas infecter d’autres personnes.

Cela vaut également pour le VIH /sida car s’il est vrai que l’on ne peut en guérir totalement, les traitements permettent aux personnes vivant avec le VIH d’obtenir une charge virale indétectable et d’ainsi ne plus transmettre le virus. Plus à ce sujet sur http://www.les-bons-reflexes.org href="http://www.les-bons-reflexes.org)

Dépistage et traitement sont donc des outils qui permettent d’éviter la transmission des infections, au même titre que le préservatif.

Conseils d'utilisation

  • Pour chaque rapport sexuel, utilisez un nouveau préservatif.
  • Il ne sert à rien de mettre deux préservatifs à la fois.
  • Ne mettez pas le préservatif au dernier moment car du liquide pré-éjaculatoire (liquide transparent qui contient des spermatozoïdes et qui peut transmettre des virus) peut s’écouler du gland avant l’éjaculation.
  • Certaines personnes sont allergiques au latex. Pour elles, il existe des préservatifs sans latex. Demandez à votre pharmacien.
  • La plupart des "accidents de capotes" sont dus à une mauvaise utilisation : entraînez-vous en solo ou à deux avant de passer à la pratique.
  • Vous pouvez acheter des préservatifs à la pharmacie, dans les sex-shops ou en grande surface. Vous pouvez aussi en demander dans les centres de planning familial.

Et pour les fellations aussi ? 

Peu de gens ont le réflexe d’utiliser un préservatif pour la fellation. Pourtant, même si le risque de transmission pour le VIH est plus faible, la contamination est possible via la présence de liquide pré-éjaculatoire ou de sperme dans la bouche. Il est également possible de transmettre d’autres IST via la fellation. Pensez à choisir des préservatifs aux goûts fruités !

Le préservatif masculin

Il ressemble à un doigt en caoutchouc très fin qui sert à recueillir le sperme. Il faut le mettre avant tout rapport sexuel.

Mode d'emploi

  • Vérifiez la date de péremption et que l'emballage n'est pas abimé.
  • Déchirez doucement l'emballage pour ne pas abîmer le préservatif (attention au contact avec les dents, les bijoux et les ongles, c'est fragile).
  • Posez le préservatif sur l'extrémité du pénis en érection.
  • Pincez délicatement le petit réservoir entre deux doigts pour en chasser l'air.
  • Déroulez-le doucement sur le pénis en érection (veillez à le dérouler dans le bon sens).
  • Immédiatement après l'éjaculation, le garçon doit se retirer en retenant le préservatif à la base du sexe pour ne pas le perdre.
  • Fermez le préservatif en le nouant et jetez-le dans une poubelle.

Le préservatif féminin

Peu connu et peu utilisé, le préservatif féminin (également appelé préservatif interne ou Fémidon) offre aussi une protection efficace face aux IST. Il se met à l'intérieur du vagin et peut être placé plusieurs heures avant le rapport sexuel.

Mode d'emploi

Le carré de latex

Le carré de latex est utilisé pour éviter le contact entre le vagin ou l’anus et la bouche. Il est facile de s’en fabriquer un en découpant un préservatif dans sa longueur et en le déroulant, ou bien à partir d’un gant en latex.

On peut aussi en acheter dans les sex-shops.

Le gel lubrifiant, chaudement recommandé !

Le lubrifiant facilite les rapports sexuels vaginaux et anaux, diminue le risque de rupture du préservatif et, de manière générale, réduit les risques d'irritation. Il est donc particulièrement recommandé en cas de rapports anaux ou de sécheresse vaginale. Il permet également d'augmenter le confort de la relation. Il convient d'en mettre en quantité suffisante à l'extérieur du préservatif, mais aussi sur le vagin ou sur l'anus. Seul un lubrifiant à base d'eau est sans risque : tout corps gras (vaseline, savon, beurre, huile solaire, ...) est à éviter, car il fragilise le préservatif qui risque alors de se déchirer.

Ce qui ne protège pas …

  • Le coït interrompu*. Il ne protège pas car le contact entre les muqueuses génitales peut être suffisant pour être infecté par une IST.
  • Les moyens de contraception comme la pilule, l’implant, etc. ne protègent pas des IST. Ils permettent d’éviter une grossesse non désirée.
  • Spermicide, éponge vaginale. L’éponge contraceptive contient de la mousse spermicide qui détruit les spermatozoïdes. 
    Attention, les spermicides qu’elle contient peuvent accroître les risques de transmission, car ils peuvent créer des lésions vaginales susceptibles de constituer des points d’entrée pour le VIH et pour d’autres IST.
  • Se laver à la poire ou au jet d’eau ne protège pas contre les IST. Au contraire, la pression du jet d’eau risquerait d’emmener des bactéries plus loin dans l’utérus pour les douches vaginales. Pour les douches anales, la pression de l’eau risquerait d’endommager les muqueuses fragiles de l’anus.

 

* Coït interrompu : pratique sexuelle consistant à se retirer avant l'éjaculation, lors d'une pénétration vaginale ou anale.